Chercheurs

Marc Lanovaz
Responsable de l'équipe

Marc est professeur agrégé à l’École de Psychoéducation depuis 2011. Il est le président fondateur de l’Association québécoise pour l’analyse du comportement. Il est professeur et psychoéducateur dans sa province de résidence en plus d’être un analyste du comportement certifié. Il détient une M. Sc. de St. Cloud State University en analyse appliquée du comportement et un Ph. D. de l’Université McGill en psychologie de l’éducation.

Son programme de recherche vise à améliorer les services offerts aux enfants, adolescents, adultes et familles vivant avec un trouble du spectre de l’autisme (TSA) et autres troubles du développement. Ses projets ont été financés par plusieurs grands organismes subventionnaires au Canada, notamment les Instituts de recherche en santé du Canada, le Conseil de recherches en sciences humaines, l’Office des personnes handicapées du Québec et le Fond de recherche du Québec.

CourrielLaboratoireLinkedIn
Malena Argumedes
Chercheuse

Malena est professeure au Département de psychoéducation de l’Université de Sherbrooke depuis décembre 2016. Elle est aussi trésorière de l’Association québécoise pour l’analyse du comportement. Ayant a fait toutes ses études à l’Université de Montréal, elle détient une maitrise professionnelle en psychoéducation et un doctorat en psychoéducation de l’École de psychoéducation.

Ses intérêts de recherche touchent les comportements problématiques des personnes ayant un TSA ou une déficience intellectuelle (DI), avec les enfants et les adolescents. Elle vise, à l’aide d’interventions basées sur le soutien comportemental positif, à améliorer la qualité de vie des sujets, ainsi que celle de leur entourage. Elle s’intéresse d’ailleurs maintenant aux populations vieillissantes ayant un trouble développemental ou vivant des pertes cognitives, afin de développer des interventions valides qui pourront améliorer leur qualité de vie générale.

CourrielLinkedIn
Diane Morin
Chercheuse

Professeure titulaire au Département de psychologie de l’UQAM, Diane Morin est également titulaire de la Chaire de Déficience intellectuelle et troubles du comportement. Après un doctorat en psychologie à l’UQAM, elle a travaillé une vingtaine d’années à titre de psychologue avec la clientèle présentant une DI. Ses travaux de recherche sont réalisés dans la perspective d’apporter des solutions concrètes aux difficultés rencontrées par les personnes ayant une DI, leurs proches et leurs intervenants.

Diane Morin s’intéresse principalement aux troubles du comportement et aux troubles de santé physique et mentale chez les adultes et les enfants présentant une DI et/ou un TSA ainsi qu’à l’évaluation de programmes et de services offerts à ces clientèles. Elle s’intéresse également au stress des parents vivant avec un enfant présentant une DI ou un TSA ainsi qu’au soutien offert aux parents dont les enfants sont en attente de services spécialisés. Les attitudes de la population générale et de professionnels envers la DI font aussi partie de ses champs d’intérêt. Elle fait également partie d’un programme de recherche interdisciplinaire en intégration sociale des personnes vulnérables manifestant des comportements perturbateurs.

Courriel
Mélina Rivard
Chercheuse

Mélina Rivard est professeure au département de psychologie de l’Université du Québec à Montréal. Ses intérêts de recherche et cliniques portent de façon générale sur les TSA, la DI, les retards de développement (RD), la petite enfance, l’analyse appliquée du comportement (AAC) et l’évaluation de programme.

Trois axes de recherche définissent sa programmation depuis les dix dernières années et celle de son laboratoire ÉPAULARD. Le premier axe porte sur le diagnostic précoce et l’évaluation de l’intervention précoce auprès des enfants ayant un TSA, une DI ou un RD. Les projets portent sur les facteurs en lien avec l’efficacité des programmes d’intervention comportementale intensive (ICI) et sur l’apport combiné des stratégies d’intervention en AAC. Le deuxième axe de recherche porte sur les troubles du comportement et le double diagnostic chez les enfants ayant un TSA ou une DI. Les travaux touchent l’identification des troubles concomitants en bas âge ainsi que sur les facteurs associés à ces troubles, les modèles d’intervention adaptés et l’étude de la trajectoire et des effets de ces troubles de la petite enfance à l’âge adulte. Le troisième axe concerne les familles d’enfants ayant un TSA ou une DI. Nous nous intéressons notamment aux facteurs influençant leur adaptation et leur bien-être, mais aussi ceux jouant sur leur accès aux services et au suivi de leur trajectoire. Nous évaluons également l’application de divers programmes destinés aux parents permettant de faciliter leur trajectoire de services vers l’intervention précoce.

Courriel
Sarah Lippé
Chercheuse

Dr. Lippé a complété une maîtrise en neuropsychologie et un doctorat en neuropsychologie clinique et recherche à l’Université de Montréal, un post-doctorat en neuroscience au Commissariat de l’Énergie Atomique (France) et un post-doctorat au Baycrest Centre for Geriatric Care (Toronto).

Elle dirige le laboratoire de recherche « Neurosciences of Early Development » (NED) au Centre Hospitalier Universitaire Sainte-Justine. Son programme de recherche vise à mieux comprendre le développement cérébral et cognitif de l’enfant et du très jeune enfant. Elle s’intéresse en particulier aux mécanismes d’apprentissage de l’enfant sain et de l’enfant qui souffre de troubles développementaux d’origines diverses. Ses méthodes d’investigation sont variées et non invasives (EEG, suivi du regard, neuropsychologie, observations, IRM structurelle et fonctionnelle).